Exposition

Esprit libre

Flou artistique

Esprit libre raconte l'histoire d'un Homme tourmenté par son activité s'en va, part de la ville pour finalement se retrouver libre de ses mouvements. Cette série a été ma troisième exposition, après ma participation à « Ici c'est Brest ». Elle a été exposée du 7 novembre au 18 décembre 2016 à l'Espace Keraudy à Plougonvelin, inaugurée le 6 novembre 2016 par son vernissage.

Chemin spirituel
Esprit libre
L'âme tranchante
Série photographique

Les Photos

Quand les photographes s'emparent de l'absence

Tanguy Rommens et Fabien Tanguy.

Vendredi soir, dans le hall de Kéraudy, était inaugurée l'exposition photo qui fera vibrer les lieux jusqu'au 18 décembre. Le jeune photographe Tanguy Rommens, lycéen en 1re STMG, a choisi de partager l'espace avec son ami Fabien Tanguy.

Ces deux artistes de la perception partagent aussi le goût des histoires, celles qu'une image peut inspirer. Pour Tanguy Rommens, il s'agit de l'histoire d'un travailleur qui souhaite se libérer de la société actuelle, et s'évade au travers de la forêt... « pour finir éparpillé en esprit ! »

Au-delà d'un monde traduit avec beaucoup de finesse au fil des pauses longues, de mystérieuses et poétiques apparitions ponctuent les clichés. Le voyage onirique est garanti.

De son côté, Fabien Tanguy a choisi de mettre en évidence la pauvreté des contacts humains en ville. Via un puzzle dont se dégage l'idée d'une foule, naît aussi l'image de l'anonymat et du manque d'humanité. L'art du portrait se mue ici en humaines suggestions. Et la série de semi-flous accompagnant une danseuse renforce élégamment l'expression artistique de Fabien Tanguy.

Expo. Deux photographes à l'esprit libre

Tanguy Rommens et Fabien Tanguy, lors de l'exposition, vendredi. Leur travail sera visible jusqu'au 18 décembre, à l'espace Kéraudy.

Vendredi, à Kéraudy, Tanguy Rommens et Fabien Tanguy présentaient leurs oeuvres, lors du vernissage de leur exposition « Esprit libre ». « Mes 13 visuels accrochés sur le mur de Kéraudy racontent l'histoire d'un travailleur qui souhaite se libérer des carcans professionnel et sociétal, afin de s'évader vers d'autres horizons », commentait Tanguy Rommens, jeune photographe de 17 ans, pour qui la photo ne se résume pas à appuyer sur un bouton et la publier sur Internet, mais consiste également à raconter toute une histoire au travers de son regard.

Improvisation

Fabien Tanguy, avec ses photographies, fait ressentir au visiteur le manque d'humanité des citadins, grâce à un puzzle d'images cassant les stéréotypes habituels d'exposition. « Cette nouvelle série est un travail d'improvisation photographique, mettant en scène une série de personnages dénués de contact humain et palliant ce manque par un excès de possessions matérielles », explique-t-il, tout en précisant son attachement pour le semi-flou ou le solargraphe, dont certains travaux sont également exposés.

Pratique. L'exposition est visible jusqu'au 18 décembre, à l'espace Kéraudy.

Tanguy Rommens et Fabien Tanguy en Esprits libres

Fabien Tanguy et Tanguy Rommens

Quatorze ans les séparent mais le goût de la photo les a réunis. Tanguy Rommens et Fabien Tanguy présentent chacun une série de leurs travaux à l'espace Keraudy à Plougonvelin. Tanguy Rommens est un tout jeune photographe : à bientôt 17 ans, il a hérité de l'appareil photo de son père et « une envie de raconter des histoires autrement que par des mots, par l'image ».

Pour Esprits libres, le nom de l'exposition, il présente une série de treize photos, « la plupart en pause longue ». C'est « l'histoire d'un travailleur », de son ras-le-bol et de son besoin « de regagner la liberté qu'il avait autrefois ».

Tanguy Rommens s'est adjoint le talent de Fabien Tanguy, connu pour son travail sur les sténopés. Celui-ci s'est inspiré de la pauvreté des contacts humains en dix photos. « J'ai envie de casser le mode d'exposition classique, un raccordement de lignes, ces photos sont mises comme un puzzle ».

Il a utilisé un instamatic, transformé en 35 mm avec une pellicule en 50 iso. Le travail présenté nommé Frontières et possession est effectué en deux temps : « Des photos volées rembobinées dans le noir, pour y ajouter en double exposition, des photos d'extérieur. » Une démarche à la limite de l'improvisation pour un esprit libre.

Jusqu'au 18 décembre, à l'espace Keraudy, Plougonvelin. Entrée libre.